Michel PLANTEVIN – Et si on parlait performance ?

Michel PLANTEVIN – Et si on parlait performance ?

Michel Plantevin Directeur Général Solware Life - Et si on parlait de performance numérique ?

J’exerce mon activité professionnelle dans le secteur médico-social depuis 12 ans. Auparavant, j’ai travaillé chez des éditeurs ou intégrateurs de logiciels destinés au secteur industriel ou des services.

A cette époque, lorsque j’allais voir un industriel pour lui vendre ma solution ERP (progiciel de gestion intégrée), je lui parlais investissement, optimisation de ses processus métiers, automatisation des tâches, amélioration de sa performance globale et, in fine, retour sur investissement.

Lorsque je suis arrivé dans le secteur médico-social, j’ai continué à aborder mes clients de la même façon, en leur expliquant que les technologies du numérique allaient leur permettre d’optimiser leur organisation, améliorer l’exécution de leurs processus métiers et gagner en efficacité.

Que n’avais-je pas dit !

D’abord, mes clients m’ont expliqué que, dans le médico-social, « on est dans l’humain ». Ensuite, ils m’ont dit qu’on ne doit pas parler « efficacité » ni « productivité » car les professionnels sont au service de personnes en perte d’autonomie, et que cette notion d’efficacité est antinomique avec la notion de « prendre soin ».

Tout au plus peut-on parler « d’efficience », ça sonne un peu pareil, mais c’est moins stigmatisant.

Bien évidemment, il y a un peu de vrai dans tout cela. Mais, quand même…

Je me suis donc adapté, j’ai ajusté mon discours afin d’être en cohérence avec la vision et les valeurs de mes interlocuteurs.

Et puis, en 2020 et 2021, le secteur médico-social a été frappé de plein fouet par deux tsunamis : la pandémie Covid d’une part, et ce qu’il est convenu d’appeler le « scandale ORPEA » d’autre part.

Les conséquences de ces deux évènements sur les établissements et services médico-sociaux ont été profondes.

Au-delà du bilan humain, terrible, la pandémie Covid a aussi épuisé les professionnels qui ont été en première ligne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour protéger les personnes accompagnées (personnes âgées dépendantes, personnes en situation de handicap) et assurer la continuité de leurs missions.

Ensuite, la crise traversée par ORPEA a largement touché les professionnels des établissements et services médico-sociaux, et pas uniquement ceux qui interviennent dans les établissements ORPEA. Chacune et chacun a certainement pu ressentir les effets collatéraux désastreux d’une campagne de suspicion et de dénigrement d’un secteur d’activité pourtant essentiel à notre vivre ensemble.

Résultat : des professionnels qui baissent les bras et qui quittent un secteur d’activité sous-valorisé et dont les conditions de travail sont très exigeantes ; enfin, une attractivité en berne et des jeunes diplômés (infirmiers, aides-soignants, etc.) qui ne sont pas (plus) attirés par les métiers du médico-social.

Or, le besoin d’accompagnement des personnes en perte d’autonomie ne va cesser d’augmenter au fil des années, et il n’y aura bientôt plus assez de professionnels pour les prendre en charge si rien ne change.

Quel lien avec le numérique, me direz-vous ?

Eh bien justement, tout est là !

Les technologies du numérique constituent un vecteur très puissant de transformation des organisations. Elles permettent de fluidifier les processus métiers et d’automatiser les tâches, elles facilitent la prise de décision en donnant la bonne information au bon moment à la bonne personne. Les technologies du numérique permettent d’améliorer l’efficacité d’une organisation en facilitant son pilotage, en améliorant ses capacités d’anticipation et en la rendant plus réactive face aux aléas. Enfin, en libérant les professionnels des tâches à faible valeur ajoutée, les technologies du numérique contribuent à améliorer significativement les conditions de travail au sein des organisations.

Tous cela, les industriels que j’allais voir il y a quelques années avec mes logiciels ERP le savaient bien.

Les managers du secteur médico-social le découvrent aujourd’hui. Il aura fallu une crise pour cela, mais c’est souvent dans de telles circonstances que les prises de conscience se font.

Les technologies du numérique permettent d’augmenter la performance des organisations.

Et la performance d’une organisation est un facteur clé d’attractivité pour attirer et retenir les talents, parce que les conditions de travail y sont meilleures et les métiers mieux valorisés.

La boucle (vertueuse) est bouclée, parler de « performance » n’est pas tabou, y compris dans le secteur médico-social.

Article Linkedin by Michel PLANTEVIN – Directeur Général Solware Life

Vous souhaitez échanger sur votre projet ?

Contactez-nousNotre logiciel