Editeur et intégrateur de logiciels métiers

Gérald Ferraro. Le dauphin imprime sa marque

Gérald Ferraro. Le dauphin imprime sa marque

Gérald Ferraro. Le dauphin imprime sa marque

Publié le 14 avril 2010

À la tête de solware depuis juillet 2008, Gérald Ferraro marque progressivement de son sceau l'entreprise créée par son oncle, Gérard Grini. Pour assurer la pérennité de l'éditeur, le jeune dirigeant l'oriente vers des solutions métiers, à l'image des positionnements auto et santé, par croissance externe.

Stéphanie Polette

Il a tout le sérieux du businessman lyonnais mais son phrasé laisse parfois échapper un accent chantant gardé de ses origines marseillaises. Le minot est bien devenu gône... «J'ai vite compris que mon avenir était à Lyon», se souvient Gérald Ferraro. En 1998, il quitte femme et enfant pour venir épauler son oncle dans le développement de Solware, l'entreprise familiale basée à Dardilly. Pendant sept ans, l'abonné du TGV se partagera entre Lyon et Marseille. «Je consacrais la semaine entière à l'entreprise en me plongeant dans le monde de la SSII. Je rejoignais ma famille le week-end.» Aux côtés de son oncle, qui lui avait proposé en 1996 d'intégrer le site Micrauto de Marseille, le jeune homme apprend à devenir chef d'entreprise. S'il ne savait pas que son avenir était tout tracé, son oncle avait déjà trouvé son successeur. Pour retrouver un équilibre familial, sa femme et ses deux fils quittent Marseille en 2004. Installée dans le Beaujolais, la famille Ferraro construit sa vie non loin de Solware.

Les perspectives d'évolution de carrière
«Mes études me destinaient à la recherche ou à l'enseignement. J'aurais pu intégrer la Banque de France ou l'Insee pour un salaire bien meilleur que celui que me proposait mon oncle!» Le brillant étudiant choisit pourtant de venir se frotter au monde de l'entreprise. Même si son mentor lui fait comprendre que malgré une mention bien à son DEA, il a encore beaucoup à apprendre au sein du monde de l'entreprise. «J'avais envisagé de monter une petite structure avec un ami mais le projet n'a pas abouti.» Il suivra donc son oncle, en 1996, pour les perspectives d'évolution de carrière que lui promet l'entreprise familiale. «Le salaire n'est pas tout», analyse le dirigeant. Le projet d'entreprise est déterminant dans son choix de carrière. Sa fibre entrepreneuriale s'affine au fil des missions qui lui sont confiées. Le jeune assistant marketing gravit rapidement les échelons. «Je ne pensais pas à la succession, avoue-t-il. J'étais dans l'opérationnel, notamment lors du rachat de Géronciel qui nous positionnait sur le marché de la santé.»

Confiance réciproque
La montée en puissance du dauphin l'amène jusqu'à la direction générale du groupe, en 2005. «Progressivement, Gérard Grini m'a confié les rênes de l'entreprise. Je partageais la stratégie de développement avec lui. La confiance réciproque était totale.» Un LBO scellera la transmission entre le neveu et son oncle en juillet2008. «Il vient encore très souvent dans l'entreprise. Je lui confie mes projets et les échanges sont constructifs.» Gérald Ferraro connaît un peu moins l'isolement du dirigeant qu'un autre. Aujourd'hui totalement maître à bord, il mène ses opérations de croissance externe et assure le développement du groupe pour le porter jusqu'aux 25M€ attendus pour 2015. La délégation et le management de proximité qu'il a appris aux côtés de son oncle font toujours partie des fondamentaux du groupe Solware. Une technique qui l'accompagne dans l'intégration des entités qui viennent enrichir les compétences de l'éditeur.